Adaptations et innovations de la médiation sociale à l'école pendant le confinement

illustration

MEDIATEUR A L'ECOLE | Avec la fermeture des établissements scolaires, les équipes des structures du projet « Médiateur à l'Ecole » ont fait évoluer leur activité : là où cela était possible et autorisé, ils ont accompagné, soutenu et rassuré les usagers.

24 juin 2020

 

Afin de continuer de répondre aux besoins des élèves, des parents et des acteurs éducatifs, les médiateurs sociaux en milieu scolaire ont tout d'abord, pour beaucoup, mis en place des actions à distance. Par l'intermédiaire du téléphone notamment, ils ont réalisé un travail de veille scolaire mais aussi sociale. L'objectif, en contactant les familles, était de s'assurer des bonnes conditions d'apprentissage en ligne et de faire remonter, le cas échéant, les manques pouvant entraver la « continuité éducative ». Plus largement, les médiateurs ont aussi permis d'identifier des difficultés socio-économiques, d'accès aux soins ou bien encore à l'offre alimentaire. 

Les médiateurs ont ainsi pu garder le lien avec les habitants, recueillir leur ressenti et apporter des réponses appropriées face à différentes problématiques. Les familles en difficulté ont pu être informées des droits mobilisables dans leur cas ou bien orientées vers des partenaires et des dispositifs de droit commun. Des élèves lésés par la « fracture numérique » ont pu bénéficier de prêts de matériel (tablettes, cartes SIM), parfois coordonnés par les structures de médiation sociale du projet « Médiateur à l'Ecole » elles-mêmes.

A lire | « Covid-19 : dans les Hauts-de-France, des tablettes pour assurer la continuité éducative »

Les médiateurs à l'école ont aussi poursuivi les missions d'information et de sensibilisation inhérentes à leur fonction. Dans leurs échanges avec les élèves et leurs familles, ils ont ainsi accompagné l'appropriation par chacun des gestes barrières et des dispositions du confinement. A Roubaix, pour permettre aux familles d'échanger sur la période particulière de la crise sanitaire et de commencer à envisager le déconfinement, des médiateurs ont proposé de participer à des ateliers en visioconférence, sur des thèmes tels que « Info-intox Covid-19 », « Le confinement, il y a du bon » ou encore « Quels transports après le confinement ? ».

Cette période a également été l'occasion de mettre en place de nouveaux dispositifs, à l'image des ciné-débats en visioconférence organisés pour les jeunes du collège Paul Verlaine de Lille. Les cinémas étant fermés, dans cet établissement, le médiateur social a sélectionné pour les élèves, des films sur les thèmes par exemple du racisme, de l'homophobie ou du cyber-harcèlement. Une fois la diffusion terminée, il a été proposé aux élèves de se retrouver pour échanger autour de l'œuvre et de ses enseignements.

Les ciné-débats en visioconférence sont une manière originale et différente de maintenir un lien social entre les jeunes dont certains ont parfois tendance à décrocher.

Philippe Vaillant, médiateur social (Lille)

Les établissements scolaires étant fermés, nombreux sont les médiateurs à l'école à avoir, au-delà de leurs missions classiques, prêté main forte à leurs partenaires. Certains ont par exemple participé à des distributions alimentaires. Enfin, dès que cela a été possible et dans le respect des gestes barrières, les médiateurs sociaux ont à nouveau assuré une « présence active de proximité » dans l'espace public, en lien avec « l'aller vers », cet objectif primordial de leur métier.

A consulter | « Médialogue by Citéo » | « Covid-19 : les médiateurs du CRPV en action » | « Le service de MAE s'adapte et se réorganise en cette période de confinement » (Omega)