L'actualité de la médiation sociale

Retrouvez l'actualité du réseau et de la médiation sociale sur nos pages :

                


Rentrée 2017, les chiffres de la médiation sociale en milieu scolaire

Les violences et le harcèlement scolaire, le décrochage, le manque de dialogue entre les familles et l'École sont autant de problématiques affectant la qualité du climat scolaire et les conditions de réussite et d'intégration.

Le Ministère de l'Éducation Nationale estime que 10% des élèves rencontrent des problèmes de harcèlement, qualifiés de grave pour 6 à 7% d'entre eux. En 2016, le décrochage scolaire touchait environ 98 000 élèves.

La misson des médiateurs à l’École répond à ces problématiques :

- prévenir et lutter contre les incivilités, les violences et le harcèlement

- prévenir et gérer l’absentéisme et le décrochage scolaire

- développer les comportements citoyens et une culture du dialogue et de la tolérance

Le médiateur est un tiers impartial et indépendant, son action se partage entre l’intérieur et l’extérieur des établissement.

La médiation sociale en milieu scolaire concerne 161 écoles et collèges dans toute la France. Pour la première fois, la Guyane compte 13 établissements scolaires accueillant le dispositif pour la rentrée 2017.

Le projet en chiffres :
  
- 161 établissements scolaires (54 collèges et 107 écoles élémentaires)
- 54 postes de médiateurs sociaux
- 40 500 élèves impactés
- 10 départements
- 6 nouveaux sites en Guyane

France Médiation, Citéo et Optima, au Congrès de l'Union Sociale pour l'Habitat à Strasbourg

Le 78ème Congrès de l'Union Sociale pour l'Habitat se tiendra les 26, 27 et 28 septembre 2017 à Strasbourg. Premier congrès itinérant de France, il réunit 732 organismes du logement social.

Cet évènement est l'occasion de débattre avec les partenaires, des moyens à mettre en oeuvre et des priorités d'action pour l'année à venir.

Le congrès Hlm constitue un lieu d'échanges qui rapproche décideurs et partenaires. C'est l'occasion de nouer des contacts ciblés (associations d'élus, d'habitants, organismes financiers, associations et partenaires sociaux).


Le congrès en quelques chiffres :

- 266 Offices publics de l'habitat

- 240 entreprises sociales pour l'habitat

- 170 Sociétés coopératives d'Hlm

- 56 SACICAP rattachées au groupe Crédit immobilier de France

- 21 associations régionales d'organismes Hlm

- 21 500 visites prévues sur les 3 jours


En savoir +

Retour sur l'année 2016 et perspectives pour la médiation sociale


L'Assemblée générale du réseau, organisée le 9 juin a Paris en présence d'une cinquantaine de participants, a permis de revenir sur les principaux évènements qui ont jalonné 2016 et d'annoncer les axes de travail du réseau pour l'année à venir.

Les évènements marquants de 2016


> Publication de la norme métier AFNOR XP X 60-600 le 13 décembre
> Entrée de France Médiation au Haut Conseil du Travail Social
> 956 stagiaires formés à la médiation sociale (médiateurs sociaux et encadrants)
> 1400 emplois de médiation sociale créés dans les Hauts-de-France depuis la naissance de la Mission régionale en 2012
> Lancement d’un diagnostic-action sur les gisements d’emplois et les modèles mutualisés de médiation sociale en Ile-de-France
> Fin de l’expérimentation nationale des marches exploratoires et remise du rapport aux ministres de la ville et des droits des femmes
> Déploiement du projet Médiateur à l’École sur 45 territoires
> Coordination de l’animation des conseils citoyens de Paris
Adhésion de l’Union nationale des PIMMS (Points Information Médiation Multiservices)
> Parution de la synthèse des impacts et du guide de la médiation sociale dans les transports collectifs terrestres
> Participation du réseau à 13 rencontres de la rentrée citoyenne
> Conception et pilotage d’un dispositif de gestion des troubles de voisinage en Ile-de-France
> 137 parutions presse sur le réseau

Les perspectives pour l'année 2017

La présidente de France Médiation, Chantal Uytterhaegen, a annoncé 2 axes fort de travail pour le réseau en 2017:

> L'accompagnement des adhérents à la mise en oeuvre du référentiel de certification AFNOR

"Pour que tous nos adhérents  puissent obtenir cette certification qualité, il est souhaitable qu’ils puissent être accompagnés dans la proximité.  C’est une des priorités de notre plan stratégique.
Cela passe par le développement d’une animation régionalisée. Ainsi, très prochainement, nous souhaitons déployer des postes d’animateurs territoriaux qui auront pour mission d’agir au plus près des opérateurs de médiation sociale et des acteurs locaux afin de les accompagner dans leur structuration et leur développement."

Des groupes de travail régionaux ont déjà été mis en place au printemps 2017. Ils vont être poursuivis pendant l'été et à la rentrée. En savoir +

> La création d'une formation courte à la médiation sociale, inscrite au RNCP

En savoir +

Le réseau poursuivra également son action en matière de représentation nationale (pour permettre, notamment, une reconnaissance de la médiation sociale dans la loi), de formation des équipes et de coordination de projets d'innovation sociale.

Adultes-relais : ce qui change dans la nouvelle convention

 
Afin de prendre en compte les préoccupations des adultes-relais concernant la reconnaissance de leur rôle et leur besoin de formation, le modèle de convention entre l’Etat et les employeurs a été modifié. Il sera dorénavant utilisé pour toute création ou renouvellement de convention.
 
Trois évolutions importantes apparaissent dans cette nouvelle convention :
 

Tout d’abord, il s’agit d’accentuer l’effort en matière de formation, notamment la formation initiale des adultes-relais à la médiation sociale (article 5). La nouvelle convention précise que la formation est de la responsabilité de l’employeur qui doit permettre à l’adulte relais  « l'accès aux formations de prise de poste lors d’un premier recrutement ainsi qu’à toute formation diplômante dans le champ de la médiation sociale ou dans d’autres secteurs ».
 
D’autre part, le plan « Valeurs de la République et laïcité » mis en place par le CGET trouve sa déclinaison dans la nouvelle convention adulte-relais à travers l’engagement des employeurs à « promouvoir et à faire respecter toutes les valeurs de la République » et à « ouvrir les missions de médiation sociale à tous, sans distinction d’origine, de religion ou de sexe. Tout manquement à ces principes conduirait à la dénonciation de la convention » (article 14). 
 
Enfin, le délai de demande de reconduction de la convention passe de 6 à 9 mois avant son expiration (article 10). L’Etat aura 3 mois pour donner un avis. En l’absence de réponse, la convention sera renouvelée par accord tacite.
Cette évolution notable permet à l’adulte-relais d’être tenu informé plus rapidement du renouvellement de son contrat et lui permet de se projeter dans la poursuite de son parcours professionnel.

Crédit photo : AGDM

CGET : Quand les femmes changent leur ville en marchant

Le 25 avril, le CGET a publié un numéro spécial "En Bref" dédié à l'expérimentation de marches exploratoires de femmes, coordonnée par le réseau France Médiation dans 12 villes.

"Arpenter la ville pour la rendre plus sûre et plus accueillante, revisiter le cadre bâti et les espaces publics, afin qu’ils soient davantage accessibles aux habitantes des quartiers de la politique de la ville, solliciter leur avis en leur confiant l’élaboration de diagnostics sur la sécurité dans leur cadre de vie : c’est la méthode des « marches exploratoires des femmes ». Elles permettent aux femmes de contribuer à l’amélioration de leur environnement urbain par des changements concrets. Elles peuvent également être à l’origine de nouvelles dynamiques participatives. Et si cette approche de la ville devenait un nouveau levier de transformation urbaine ?"

Lire le En Bref #17 Quand les femmes changent leur ville en marchant

Crédit photo : Ville de Mons-en-Baroeul

CGET : Impacts du projet


En Bref # 12 "La médiation sociale dans les collèges des quartiers prioritaires de la ville : une expérimentation positive"

Publication du Commissariat Général à l'Egalité des Territoires

"Chaque année, 700 000 enfants sont victimes du harcèlement en milieu scolaire. Afin de lutter activement contre cette forme de violence, le Gouvernement a lancé une nouvelle campagne de sensibilisation à l’automne 2015.

Le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) a cofinancé l’expérimentation d’un dispositif innovant de médiation sociale en milieu scolaire auprès de 30 000 élèves de quartiers prioritaires de la politique de la ville, dont les principaux résultats sont présentés dans ce numéro d’En Bref."

Cette expérimentation a été portée par le réseau France Médiation et 11 associations membres.

Télécharger la publication du CGET

En savoir plus sur le projet

Crédit photo : Stéphanie Priou

Participation des habitants : quelques enseignements des marches exploratoires

Le réseau France Médiation a coordonné une expérimentation nationale de marches exploratoires de femmes, entre 2014 et 2015, dans 12 villes françaises.

Importées du Canada, les marches exploratoires sont des diagnostics de l'environnement urbain, réalisés par des habitantes au sein de leur quartier. A partir de l'expertise d'usage de chaque habitante et de la dynamique créée au sein du groupe de marcheuses, il s'agit de produire un diagnostic cartographié et des recommandations d'amélioration qui ont vocation a être restitués aux élus locaux et aux partenaires (bailleurs, entreprises de transport, services publics etc.) et à s'inscrire dans l'agenda politique.

A partir des projets menés dans 12 quartiers prioritaires, France Médiation a capitalisé quelques bonnes pratiques susceptibles d'être utiles aux démarches de participation des habitants : mobilisation, transformation d'un groupe d'individus en collectif citoyen, croisement des expertises entre professionnels et usagers, prise en compte de la parole des habitants par les élus etc.

Télécharger le document de capitalisation.

En savoir plus sur le projet

A consulter aussi : la boîte à outils des conseils citoyens créée par l'IREV

Meilleurs voeux pour l'année 2016

La Présidente, les membres du Conseil d'administration et toute l'équipe de France Médiation vous présentent leurs meilleurs voeux pour l'année 2016.

François Hollande salue l'action des médiateurs sociaux

Dans un discours prononcé le 16 décembre à Lens sur la rénovation urbaine, le Président de la République a salué le travail des médiateurs sociaux. Il a appelé à la reconnaissance et à la professionnalisation de ce métier à part entière de la politique de la ville et de la cohésion sociale.


"Que serait la politique de la ville s'il n'y avait pas ces 7000 associations, ces 12 000 médiateurs sociaux, ces milliers d'animateurs, de bénévoles, de centres sociaux, toutes ces forces vives qui interviennent pour qu'il y ait une vie de quartier. Je veux ici leur manifester toute ma reconnaissance, toute la reconnaissance de la République"


« Nous avons besoin de professionnels de la politique de la ville. Je pense notamment à la médiation, qui est un métier en tant que tel, qui suppose d’ailleurs une formation. Un certain nombre d’établissements, je pense au CNAM mais il y en a d’autres, des universités maintenant, commencent à dispenser des formations de niveau bac + 2 à tous ces agents qui interviennent dans les quartiers pour assurer la relation avec les citoyens, pour permettre aux élus d’être les plus efficaces, pour permettre que les associations puissent porter des projets. Mais faut-il encore que ce métier soit reconnu et qu’il y ait une professionnalisation à travers la reconnaissance d’un diplôme. Il peut être obtenu par ces formations là, il le sera aussi par la validation des acquis de l’expérience. J’ai voulu qu’il y ait davantage encore d’adultes-relais dans les quartiers. Ces adultes-relais doivent aussi connaître un parcours de formation et de reconnaissance vers un diplôme ouvert à un emploi durable. C’est pourquoi, les concours de la fonction publique territoriale comme nationale seront ouverts à ces agents. »

Retrouvez l'intervention de François Hollande (minute 10.24)

Médiateurs à l'école

En septembre, 24 médiateurs sociaux en milieu scolaire ont fait leur rentrée dans les écoles élémentaires et les collèges. Employés par les associations Adafae, Adelies, Citéo, Omega, Optima, P@je et PPV93, ils continuent un travail engagé depuis deux ans dans les départements de Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne, des Yvelines, de Loire Atlantique, des Alpes-Maritimes, des Bouches du Rhône, d'Ille-et-Vilaine, de Charente, du Nord et du Pas-de-Calais.

A Rennes et à Nice où nous les avons interviewés, les médiateurs constatent les effets d'une année de recul sur le métier et se félicitent de la reconnaissance dont ils jouissent aussi bien auprès des élèves que de la communauté éducative.

En savoir plus sur le projet de médiation sociale en milieu scolaire.

L'engouement des élèves pour la médiation par les pairs

"Les élèves de 6ème qui ont été formés à la médiation par les pairs en CM2 sont très demandeurs. Ils veulent reprendre leur rôle. Ils seront tous réunis ce mercredi pour une remise à niveau sur la médiation et pour confronter leurs points de vue et leurs expériences, afin d'être prêts à reprendre leur poste après les vacances de la Toussaint" explique Pauline Schreiber, médiatrice en milieu scolaire à Nice. Lorsqu'elle s'est présentée dans les classes de 6éme, beaucoup d'élèves qui n'avaient pas pu être médiateurs l'année précédente ont postulé. La médiatrice constate un véritable engoulement pour la médiation par les pairs, et une motivation beaucoup plus forte que l'année précédente. Cette année, ils sont une cinquantaine de candidats au total, dans les classes de 6ème, 5ème et 4ème.

Le constat est le même à Rennes, où Arnaud Mellier intervient dans 3 écoles élémentaires et 1 collège du quartier de Maurepas. Cette année, 40 élèves seront formés à la médiation par les pairs au collège et 70% des enfants formés en CM2 ont déjà exprimé le souhait de continuer leurs missions en 6ème.

                                            


Après une année d'expérimentation, les médiateurs sont reconnus par les élèves et la communauté éducative

Cette seconde année de travail à temps plein dans 3 écoles élémentaires et 1 collège à Nice a aussi permis une mise en route des projets de médiation plus rapide que lors de l'année d'expérimentation. La médiatrice est beaucoup plus facilement sollicitée par les enseignants et les équipes, qui connaissent bien ses missions et savent comment faire appel à elle ou l'associer à des projets de classe.


A Rennes,
le jour de la rentrée, 87% des élèves de 6ème connaissaient déjà le médiateur et ses missions. Du côté des enseignants, la "mise en projet" de la médiation sociale est maintenant acquise. "En 2 ans, nous sommes passés de 0 à 100% de connaissance et d'intérêt pour la médiation sociale". Les enseignants font maintenant directement appel à Arnaud, lorsqu'ils identifient des problématiques de violence ou de jeux dangereux. En primaire, certains ont même inclus la médiation dans des projets de classe, à l'année, en co animation avec le médiateur. Son intervention,
sur les principes de la médiation et de la communication, a d'ailleurs été étendue aux classes de CP, CE1 et CE2, à la demande des instituteurs. Cette reconnaissance, particulièrement forte en primaire, est aussi due au fait que les instituteurs des 3 écoles où Arnaud intervient ont été sensibilisés à la médiation sociale, par l'association Optima et ses partenaires l'an dernier.

Cette reconnaissance va même au delà des établissements où le médiateur travaille : à la rentrée, il est intervenu ponctuellement dans un autre collège, pour suivre les élèves de CM2 avec lesquels il avait travaillé l'année précédente. L'établissement a décidé de mettre en place un système de médiation, avec une association partenaire. Arnaud a également été sollicité par l'élue de quartier, pour continuer à suivre 2 élèves entrés dans un collège où le médiateur ne travaille pas et faire le lien avec les familles.


Un lien essentiel entre les familles, l'école et les partenaires locaux

La position de tiers du médiateur et sa connaissance du contexte local sont perçus par les établissements comme un véritable atout pour renouer le lien avec les familles.

A Rennes, une école a demandé au médiateur d'intervenir auprès de parents, en situation de grande précarité, qui n'avaient ni meubles ni jouets pour les enfants. Le médiateur est allé à la rencontre des familles, les a mises en lien avec la médiation sociale de proximité de la maison de quartier et les services sociaux. Les familles ont pu bénéficier d'une aide d'urgence, ce qui leur a permis de concentrer leur relation avec l'établissement sur la scolarité de leur enfant. "Avant, la famille venait voir l'établissement pour demander de l'aide, maintenant, les parents viennent pour savoir ce que leur enfant fait à l'école". Arnaud a également travaillé avec les familles d'origine étrangère, sur l'orientation de certains enfants vers les Maisons départementales des personnes handicapées. Sa médiation a permis de lever les réticences des familles, au départ très fortes et souvent liées à des phénomènes d'incompréhension culturelle.


Cette seconde année permet donc de valider certaines spécificités fortes de la fiche de poste de médiateurs sociaux en milieu scolaire, et notamment le lien entre école et collège, que le médiateur incarne auprès des élèves et des familles, son positionnement externe et sa capacité à intervenir à l'extérieur des établissements, pour faire le relais avec les partenaires locaux et aller vers les familles les plus isolées.

La capitalisation de l'expérimentation est en cours et fera l'objet d'un ouvrage destiné à favoriser l'essaimage du projet, dans le cadre des contrats de ville notamment.

Contacter le réseau pour plus d'informations sur le projet.

Crédit photo : Aymeric Warmé-Janville